A. K. Coomaraswamy.png

NOTES

Cliquez sur le numéro de la note pour revenir à l'endroit du texte

 

1. Voir T. A. G. Rao, Elements of Hindu Iconography, II, p.405, Madras, 1914-1916, « Lorsqu’Īśvara s’absorbe en lui-même, il est connu comme le puruṣa et comme saṃsārī quand il est manifesté » (Voir note 66)

2. Ménon, 81bcd, où ceci est cité comme la doctrine apprise par les prêtres et les prêtresses initiés, et approuvée par Socrate. De même c’est l’Omniscience d’Agni comme Jātavedas, « Connaisseur des naissances », et du Buddha, dont l’abhiññā s’étend à tout ce qui « demeure antérieurement ». Celui-ci est « partout et en tous temps il est concentré » (Dante), et a la connaissance de toutes les choses.

3. Plotin, Ennéades, IV, 9, 4-5 (condensé), voir I, I passim. En notre soi, le Soi spirituel de tous les êtres, tous ces soi et leurs actes ne sont qu’un seul acte de l’Être, par conséquent il n’y a pas de soi séparés et d’actes séparés, mais plutôt que l’Agent Réel que l’on doit chercher à connaître. (Bṛharārāṇyaka Upaniṣad, I, 4, 7 ; Kauṣītaki Upaniṣad, III, 8 ; Hermès Trismégiste, Hermetica, Lib, XI, 2, 12a). « Tu as vu les bouilloires de la pensée en ébullition, songe aussi au feu ! » Rūmī, Mathnawī, V, 2902.

4. Hermès Trismégiste, Hermetica, Lib V, 10 a. Voir Bṛhadāraṇyaka Upaniṣad, I, 5, 21 et XI, 2, 12a ; Kaṭha Upaniṣad, II, 22.

 

5.  ...

 

La suite de cet article est exclusivement réservée à nos abonnés ou aux acheteurs du numéro 18 des Cahiers de l'Unité

 

NOS ÉDITIONS

Revues

Recueils

Livres