les arcanes du coran.png
les arcanes du coran 2.png

Les Arcanes du Coran

Commentaires traditionnels du Coran

Pierre Godé

 

(3e version corrigée), 8 volumes, Éditions Amazon, 2019-2020

Compte rendu

        Il faut le dire d’emblée : le projet de Pierre Godé est hors du commun. Selon nos informations, à terme l’ensemble compterait 17 volumes dont 8 sont déjà parus (tomes 1, 2, 3, 4, 5, 6, 10, 17) ; plusieurs seraient simultanément en cours. À notre connaissance, ce corpus, une fois achevé, n’aura pas d’équivalent dans une langue européenne. Nous souhaitons évidemment la réussite totale de cette entreprise propre à permettre d’aborder l’étude du Coran autrement que par la simple lecture de traductions approximatives qui font tant de difficultés, de tous côtés, à notre époque.

       Notre compte rendu couvre uniquement certains points exposés dans le tome 1 où sont énoncées les intentions de l’auteur quant au traitement de son sujet.

         En ce qui concerne le fond, comme il le résume lui-même, l’essentiel de son travail est une traduction en français du Coran dans « une traduction plurielle établie en fonction des possibilités de compréhension mises en évidence par les commentaires présentés » (p. 15). Les commentaires en question sont un abrégé du célèbre Jâmi‘ al-Bayân de Tabarî, des extraits du Commentaire exotérique d’Ibn Kathîr et du grand commentaire de l’Imâm Râzî. Par ailleurs, M. Godé nous offre une traduction quasi intégrale des Ta’wîlât, le commentaire ésotérique de Qashânî, auteur de l’école d’Ibn ‘Arabî. À cela il faut ajouter des compléments traditionnels tirés du Hadîth, ainsi qu’une annotation riche et pertinente de l’auteur lui-même qui indique clairement, à cette occasion, sa filiation intellectuelle à Michel Vâlsan, alors que par ailleurs, sur le fond et dans la forme, l’influence de René Guénon est manifeste.

          Comme il est impossible, dans le cadre de ce compte rendu, d’aborder tous les sujets traités dans ce premier volume, nous nous arrêterons sur certains thèmes de base qui mettent le lecteur dans les dispositions les moins limitées possible pour tenter de comprendre au mieux le Texte coranique. Il faut dire que cette entreprise ardue est de plus en plus nécessaire, dans la mesure où des évènements tragiques récents ont poussé nombre de nos contemporains à lire l’une ou l’autre des traductions coraniques offertes au grand public. Le résultat, comme nous l’avons dit plus haut, est désastreux : on est passé d’une ignorance quasi totale du Livre sacré de l’Islam à une pseudo connaissance de son contenu, au point que chacun y va de sa citation coranique approximative pour peser dans les débats de tous ordres.

        Les ouvrages produits par les orientalistes et autres islamologues sont responsables en grande partie des confusions qui se sont répandues. Leur concision, et donc les choix opérés parmi les sens possibles, peuvent induire des erreurs chez leurs lecteurs. Ceux-ci doivent le savoir sans détour : l’appartenance des traducteurs aux hautes sphères de l’orientalisme, de l’Université et tout autre Institut spécialisé, n’est en aucun cas une garantie du sérieux des traductions proposées. Pierre Godé, tout en ne rejetant pas systématiquement ce qui vient de ces milieux, a bien saisi cette problématique. C’est pourquoi il énumère un certain nombre de critères pour éviter ces pièges (pp. 85-115).

        Il relève les... 

         

       

Luc Desfontaines

 

 

La suite de cet article est exclusivement réservée à nos abonnés ou aux acheteurs du numéro 21 des Cahiers de l'Unité 

Pour citer cet article :

Luc Desfontaines, Compte rendu du livre : Les Arcanes du Coran : Commentaires traditionnels du Coran, Pierre Godé, Cahiers de l’Unité, n° 21, janvier-février-mars, 2021 (en ligne).

 

© Cahiers de l’Unité, 2021