LES AMIS DE DIEU IX

Les « Amis de Dieu »

‒ IX ‒

 « Les quatre roynes qui gouvernent le monde »

Christine de Pizan, Le livre du chemin de long estude, 1402.

Après avoir parcouru les Cieux sous la conduite de la Sybille, Christine arrive devant un tribunal où siègent quatre reines : Sagesse à l’Orient, avec sous ses pieds une sphère armillaire (en haut à gauche) ; Chevalerie au Nord, surplombant une forteresse ; Richesse à l’Est, avec des outils de constructeurs ; Noblesse au Sud, les pieds posés sur un roi.

Rôle, doctrine et méthodes

 

PLAN

La question de l’ésotérisme

La sauvegarde ésotérique du monde

La doctrine

Les méthodes générales

La question du rattachement et de la guidance initiatiques

La concentration, l’incantation, l’invocation

 

La question de l'ésotérisme

 

       Si l’on s’en tient à la définition générale de René Guénon : « On peut […] qualifier très exactement d’exotérique le côté religieux de la doctrine, qui est en effet le plus extérieur et celui qui est à la portée de tous, et d’ésotérisme son côté métaphysique, qui en constitue le sens profond, et qui est d’ailleurs regardé comme la doctrine de l’élite ; et cette distinction conserve bien son sens propre, puisque ce sont là les deux faces d’une seule et même doctrine » (1).

              Si l’on entend par “métaphysique” la doctrine de la Non-Dualité et la réalisation effective de cet état inconditionné, il est indubitable que le mouvement des Amis de Dieu, comprenant toute la pyramide dont nous avons parlé au début de cette étude, rentre dans la catégorie de l’ésotérisme. Nombreux sont les textes évoqués précédemment qui font référence à une délivrance en cette vie même, à un retour à l’Origine infinie, et à des possibilités spirituelles ne pouvant pas être assumées par l’exotérisme religieux. Cela ne veut pas dire – et un ouvrage comme Le Livre des neuf Rochers le montre bien – que tous les Amis de Dieu sont des “délivrés”, mais qu’il y a dans la confrérie une aspiration vers le But ultime poussant ses membres à chercher des moyens de réalisation spirituelle au-dessus des institutions catholiques exotériques.

           Nombre de chercheurs sincères paraissant intellectuellement qualifiés se refusent à envisager un ésotérisme chrétien et la présence d’une initiation dans la sphère d’influence de l’Église romaine. Sans s’en rendre compte, et tout en pensant être libres dans leurs conceptions, ils adoptent le point de vue exotérique et officiel de cette Église, et ne se donnent pas la peine de rechercher quelque chose dont l’existence est niée dès le départ (2).

               Il n’y a pas lieu de...

         

 

Steffen Greif

(À suivre)

 

La suite de cet article est exclusivement réservée à nos abonnés ou aux acheteurs du numéro 15 des Cahiers de l'Unité

 

Dans Le livre du chemin de long estude, Christine de Pizan, sous la conduite de la sibylle de Cumes, relate sa traversée de l’ensemble du monde médiéval, puis son voyage en Inde pour finalement atteindre l’échelle de Speculacion – faite d’« activité de l’esprit ayant pour but la connaissance pure » – qui mène au Paradis, et aux Cieux. Le septième Ciel reste inaccessible à Christine, parce qu’elle est « tart venue » à l’école de la sibylle, c’est-à-dire que sa réalisation spirituelle est incomplète. Elle rencontre les Quatre Reines célestes. Celles-ci se disputent pour savoir qui incarne le mieux l’idéal d’un dirigeant du pouvoir temporel et ses qualités. Au premier Ciel, la Terre elle-même apparaît, se plaignant de l’état de guerre misérable et des atrocités (En 1402, la guerre de Cent Ans fait rage, aggravée par la folie du roi Charles VI). À la fin, les Reines décident que les gens doivent choisir le prince parfait dans leurs propres rangs ; le meilleur endroit pour cela est le royaume de France. Christine de Pizan est chargée d’écrire la discussion et de la faire connaître à ses contemporains. (Cf. Sarah Delale, « Le long chemin de paix de Christine de Pizan », Questes, 26, 2013)  

 
 

Pour citer cet article :

Steffen Greif, « Les Amis de Dieu», Cahiers de l’Unité, n° 15, juillet-août-septembre, 2019 (en ligne).

 

© Cahiers de l’Unité, 2019  

NOS ÉDITIONS

Revues

Recueils

Livres