ÉDITORIAL

ÉDITORIAL René Guénon

              Dans cette livraison, M. Patrice Brecq propose un texte de René Guénon, inédit en langue française, publié à partir du manuscrit autographe. Il porte sur un des trop nombreux avatars du Martinisme. S’il semble présenter aujourd’hui un intérêt plutôt documentaire, il est cependant toujours actuel quand on constate que cette fausse Maçonnerie représentée par les diverses organisations martinistes continue à égarer trop de monde sur des chemins sans issue. On devrait pourtant savoir désormais que le Martinisme, sous ses différentes formes, passées et présentes, n’est qu’une imposture, et ne représente absolument rien au point de vue traditionnel et initiatique, car il a été inventé de toutes pièces par Papus. Dans une lettre du 26 octobre 1933, Guénon avait bien raison de dire à propos de ce dernier et de son Martinisme que l’« on n’a pas idée du gâchis que ce malheureux homme a pu faire avec tout cela, ce qui n’empêche pas qu’il y a encore des gens qui le considèrent comme un “grand Maître” ! » Ce texte permet d’apprécier l’humour subtil avec lequel R. Guénon tourne finement en dérision des organisations dont les prétentions n’ont d’égales que la vacuité intellectuelle de ceux qui les soutiennent. À ce titre, cet article illustre le combat permanent qu’il mena contre l’occultisme. C’est ainsi un témoignage supplémentaire contre ceux qui prétendent, par mauvaise foi ou ignorance, que son enseignement aurait quelques accointances avec ce milieu. En réalité, il fut le seul adversaire que redoutaient sérieusement les occultistes.

                Dans le domaine de l’ésotérisme chrétien, M. Steffen Greif nous montre de manière brillante tout l’intérêt que présentent les écrits de Jean Tauler pour mieux comprendre ce que furent les « Amis de Dieu », tandis que la suite de la réfutation de l’étude de Marco Pallis met en évidence de façon définitive ses erreurs, ses lacunes, et sa mentalité profane. Les précisions importantes qui sont apportées participent à élucider ce qu’Ossendowski appelait le « mystère des mystères ». Elles permettront probablement à certains lecteurs de commencer à comprendre le véritable sens de cette phrase que son auteur ne soupçonnait certainement pas : « Elle n’est portée sur aucune carte : les vrais lieux n’y figurent jamais. »

                 Dans la rubrique « Miroir des textes », la première partie d’une étude de M. Stanislas Ibranoff sur le Judaïsme et la fonction de René Guénon constitue une excellente mise au point qui répond aux accusations portées par M. Paul Fenton contre Guénon. Elle donne l’occasion à notre collaborateur d’exposer la véritable finalité de sa fonction, laquelle ne semble guère avoir été comprise. On trouvera dans ce texte des considérations qui n’avaient jamais été présentées jusqu’ici.   

                Nous terminons ce numéro par le texte de M. Jean-François Houberdon avec la dernière partie de sa défense des écrits de Michel Vâlsan à propos de l’ésotérisme islamique et du sort de l’Occident dans la perspective universelle d’une conjonction des formes traditionnelles.

                Nous ne doutons pas que nos lecteurs auront plaisir à découvrir et à apprécier l’abondante et intéressante iconographie qui accompagne tous ces travaux.

               Pour répondre à la demande de quelques lecteurs, nous signalons que la dernière partie de l’article de M. Laurent Guyot sur René Guénon et la Maçonnerie opérative paraîtra dans le prochain numéro. En revanche, à la fois en considération de réactions hostiles et incompréhensives, et en raison des difficultés imprévues que présente la traduction du texte de M. Mark S. G.  Dyczkowski sur le culte de la déesse Kubjikâ, nous remettons à une date indéterminée la suite de la publication de son étude. Nous prions nos lecteurs de bien vouloir nous en excuser, mais ceux que nous y avons intéressés pourront trouver sur l’Internet la version originale en langue anglaise 

           

Julien Arland

Directeur littéraire

 

Pour citer cet article :

Julien Arland, « Éditorial », Cahiers de l’Unité, n° 10, avril-mai-juin, 2018 (en ligne).

 

© Cahiers de l’Unité, 2018  

NOS ÉDITIONS

Revues

Recueils

Livres