top of page

INTRODUCTION À UNE CORRESPONDANCE

Introduction aux extraits inédits
d’une correspondance de René Guénon

symboles maçonniques

« Ainsi en va-t-il toujours [à chercher à le prendre en faute], lorsqu’un témoin de la tradition, non content d’en enregistrer passivement les données et de leur donner asile comme en un tombeau, réussit à les faire vraiment siennes, c’est-à-dire à les conserver vivantes, et refuse comme par instinct, d’un même mouvement qui l’engage tout entier, les répétitions stériles et les innovations de source impure ; lorsqu’il expérimente, en le disant un peu trop haut, “que les fleuves d’eau vive jaillissant de la source du Christ sont meilleures que l’eau des citernes humaines” ; lorsqu’il proclame sans assez de prudence humaine, lui qui reconnaît cependant n’avoir pas manqué d’excellents maîtres, qu’“une seule visite du Très-Haut vaut mieux que l’enseignement de dix maîtres humains” ».

(Henri de Lubac, Éxégèse médiévale : les quatre sens de l’Écriture,

« Rupert de Deutz », Paris, 1959-1963)

PLAN

Présentation

Un ami intime de René Guénon

Une vie maçonnique

Du Grand Orient à la Grande Loge Nationale Française

L’échec d’un premier projet initiatique dans la Maçonnerie

Le mandataire de la Vérité

Inconscience, incompréhension et malveillance

Une mauvaise réputation

Oculus invidiosus

Sigillum septimum

 

François-Nicolas Noêl, La Géométrie du Maçon

« Maçons levez les yeux vers l’étoile mystérieuse »

François-Nicolas Noêl, La Géométrie du Maçon, 1812, BnF.

Présentation

 

         Les lettres originales de la présente correspondance de René Guénon à René Humery ont été remises directement et personnellement à un de nos amis par Jacqueline Humery, la fille unique du destinataire, le jeudi 16 octobre 1989 au domicile parisien de celle-ci. Notre ami, que nous remercions vivement ici, a bien voulu nous les confier pour une publication intégrale en fac-similé dans le cadre d’un projet de collection consacrée à la correspondance de René Guénon que nous préparons actuellement (1).         

         Dans l’attente, il nous a semblé que les lecteurs des Cahiers de l’Unité devaient avoir la primeur de la lecture de ces lettres sous la forme d’une sélection d’extraits choisis pour leur intérêt traditionnel et initiatique.

        D’après un premier inventaire effectué autrefois par notre ami, ces 190 lettres environ vont de 1929 à 1940, mais l’ensemble n’est malheureusement pas tout à fait complet : il manque douze lettres de l’année 1930 ; la lettre du 17 novembre 1934 a été découpée en partie, et une page recto-verso d’une autre lettre ne faisait plus partie de l’ensemble. Il est également possible que quelques autres lettres soient manquantes pour l’année 1931, puisqu’il n’y en a aucune pour les mois de juillet, août, septembre et octobre. On ne sait si ces manques sont le fait du destinataire ou de personnes ayant consulté ultérieurement cette correspondance.

          À celles-ci, il faut ajouter le double d’une lettre de René Humery à Guénon en date du 27 juin 1932, une lettre du 9 septembre 1939 écrite par Adrian Paterson (2), mais dictée par Guénon, et deux lettres de Guénon adressées à Jacqueline Humery elle-même. Le format original de ces lettres est, pour la plupart, de 25,5 x 20 cm. Il s’agit de feuillets avec lignes pliés en deux par le milieu.     

         Selon sa fille, et en dehors d’elle, depuis la mort...

 

Laurent Guyot

La suite de cet article est exclusivement réservée à nos abonnés ou aux acheteurs du numéro 28 des Cahiers de l'Unité

présentation
RN 1
RN 2
Citation

Pour citer cet article :

Laurent Guyot, « Introduction aux extraits inédits d’une correspondance de René Guénon », Cahiers de l’Unité, n° 28, octobre-novembre-décembre, 2022 (en ligne).

 

© Cahiers de l’Unité, 2022  

bottom of page