L'UNIQUE ET SEUL TRANSMIGRANT

L'Unique et Seul Transmigrant

(Texte publié dans le n°3 du Journal of the American Oriental Society, 1944)

Ananda Kentish Coomaraswamy

(1877-1947)

 
 
 

« L’homme est né une seule fois, je suis né de nombreuses fois ». (Rūmī)

« Bei gotte werden nur die gotter angenommen ». (Angelus Silesius)

« La libération est pour les dieux, pas pour les hommes ». (Gebhard-Lestrange)

ātmeny evopāsita, atra hy ete sarva ekaṃ bhavanti (Bṛhadāraṇyaka Upaniṣad, I, 4, 7)

n'atti koci satto yo īmaṃ kaya anyaṃ saṇkamati (Milinda Pañho)

 

              L’affirmation de Śaṇkarācārya : « En vérité il n’y a pas d’autre Transmigrant que le Seigneur » (satyaṃ neśvarad anyaḥ saṃsārī, Brahmasūtra Bhaṣya, I, I, 5), (1) est aussi renversante que ceci puisse apparaître au premier coup d’œil, car la négation de la réincarnation des essences individuelles est amplement attestée par les textes les plus anciens, et il ne s’agit pas uniquement d’une doctrine indienne. Ainsi, Platon affirme que ce n’est pas une âme individuelle ;  « Ils disent que l’âme humaine est immortelle ; que tantôt elle s’éclipse, ce qu’ils appellent mourir ; tantôt elle reparaît, mais qu’elle ne périt jamais […] car les âmes qui ont payé à Proserpine la dette de leurs anciennes fautes, elle les rend au bout de neuf ans à la lumière du soleil […] Ainsi, l’âme étant immortelle, étant d’ailleurs née plusieurs fois, et ayant vu ce qui se passe dans ce monde et dans l’autre et toutes choses, il n’est rien qu’elle n’ait appris ». (Ménon, 81bcd). (2) Ou ce que Plotin signifie quand il dit : « Il n’y a rien d’étrange dans cette réduction (de tous les soi) à l’Un, bien que l’on puisse poser la question : comment peut-il y avoir seulement l’Un, le même dans le multiple, entrant en tout, mais lui-même jamais divisé ». (Plotin, Ennéades, IV, 9, 4 et 5). (3) Ou par Hermès Trismégiste qui dit que « sans corps et ayant de nombreux corps, ou plutôt présent en tous les corps ». (4)

             Le « Seigneur » dont parle Śaṇkarācārya, est naturellement le Soi Suprême et Solaire...

       

 

Ananda K. Coomaraswamy

Traduit de l’anglais par Max Dardevet

 

La suite de cet article est exclusivement réservée à nos abonnés ou aux acheteurs du numéro 18 des Cahiers de l'Unité

Pour citer cet article :

Ananda K. Coomaraswamy, traduit de l'anglais par Max Dardevet « L'Unique et Seul Transmigrant », Cahiers de l’Unité, n° 18, avril-mai-juin, 2020 (en ligne).

 

© Cahiers de l’Unité, 2020  

Temple de Shankarâchârya

(Cachemire)

NOS ÉDITIONS

Revues

Recueils

Livres