comte waldstein kabbaliste

NOTES

Cliquez sur le numéro de la note pour revenir à l'endroit du texte

 

1. Les seules peintures européennes dans lesquelles on trouve de l’araméen sont des versions de la crucifixion exécutées par les artistes flamands Rubens et Van Dyck ; elles contiennent une version araméenne de l’inscription sur le titulus de la croix de Jésus. Voir, par exemple, la version conservée à l’Alte Pinakothek de Munich. Voir Sarfatti, « Hebrew Script in Western Visual Arts », pp. 536-37, 544.

[1 bis. Rappelons ue l’écriture Rashi est basée sur la semi-cursive séfarade. C’est une variante de l’hébreu principalement utilisée pour les commentaires rabbiniques des textes de la Bible et du Talmud. Utilisée à l’origine dans les manuscrits, elle a néanmoins subsisté dans l’imprimerie.]

2. Voir Landsberger, « Jewish Artists », p. 387. Il est, bien sûr, possible que la peinture à l’huile originale d’Estevens, aujourd’hui perdue, ait eu un rendu encore plus fidèle de l’hébreu que le mezzotinto de MacArdell qui existe encore de nos jours. 

3. ...

 

La suite de cet article est exclusivement réservée à nos abonnés ou aux acheteurs du numéro 22 des Cahiers de l'Unité