Sri Aurobindo le rebelle et le sage.jpg

NOTES

Cliquez sur le numéro de la note pour revenir à l'endroit du texte

 

1. « Dans ces visions, j’ai vu Sri Aurobindo tel qu’il était physiquement, mais glorifié ; c’est-à-dire le même homme, tel que je devais le voir la première fois, presque maigre, avec cette couleur doré-bronzé et ce profil un peu aigu, cette barbe folle, ces longs cheveux, habillé d’un dhoti et le pan du dhoti ramené sur l’épaule, les bras nus et une partie du corps nue, les pieds nus. (…) Et dans ces visions, j’ai fait une chose que, physiquement, je n’avais jamais faite : je me suis prosternée à la manière hindoue. Et en même temps il y avait mon être extérieur qui se demandait “Qu’est-ce que c’est que tout cela !” ». Cité par Luc Venet, p. 244.

2. René Guénon, Aperçus sur l’Initiation, ch. XXI, « Des prétendus “pouvoirs” psychiques ».

3. Cf. Simone Tervagne, Une voyante à l’Élysée. Madame Fraya, Garancière, Paris, 1984. 

 

4. ...

La suite de cet article est exclusivement réservée à nos abonnés ou aux acheteurs du numéro 26 des Cahiers de l'Unité