Le livre des neuf rochers

NOTES

Cliquez sur le numéro de la note pour revenir à l'endroit du texte

 
 

1. Cf. Le Livre des Amis de Dieu ou les Institutions divines attribué à Tauler, Éd. Arfuyen, 2011. Stéphane Salvy a présenté une étude sur cet ouvrage dans le n°33 de La Règle d’Abraham.

 

2. Cf. Jean Tauler, Aux « amis de Dieu », choix de textes et présentation par le Cardinal Yves Congar, Éd. du Cerf, 2002.

 

3. Notre référence unique est la traduction de Jean Moncelon et Éliane Bouchery, Éd. Arfuyen, 2011. On notera que le mot Felsen, dans le titre original, a la même étymologie (vieux haut-allemand) que le mot français “falaise”.

4. C’est un fait qu’en islam, par exemple, beaucoup profitent de la barakah, la bénédiction attachée à la fréquentation des confréries et de maîtres éventuels, en participant de près ou de loin aux rites initiatiques institués, sans pour autant être rattachés régulièrement et formellement à ces confréries. Cela est facilité par le fait que, le plus souvent, ces rites prennent leur origine dans le Coran ou dans certaines Traditions prophétiques.

 

5. Il n’est pas donné de précisions sur cette “Présence”. On peut y voir l’intervention d’une entité jouant le rôle de maître spirituel, au sens défini par les Amis de Dieu, ou encore une manifestation du Christ en tant qu’Autorité suprême. Certains passages suggèrent qu’il s’agit de Dieu Lui-même (p. 32). Toutes ces perspectives ne sont pas contradictoires au point de vue de la doctrine chrétienne.

6. La gestation de cette œuvre a lieu de la période de l’Avent à la période du Carême.

7. Le poisson, selon un...

La suite de cet article est exclusivement réservée à nos abonnés ou aux acheteurs du numéro 14 des Cahiers de l'Unité

NOS ÉDITIONS

Revues

Recueils

Livres