comte waldstein kabbaliste

NOTES

Cliquez sur le numéro de la note pour revenir à l'endroit du texte

 

Il m’a fallu plusieurs années pour terminer cet essai et je n’aurais pu le faire sans l’aide de nombreuses personnes et d’institutions. Le docteur Marián Hochel, le directeur du château de Duchcov, a eu la gentillesse de m’envoyer les premières images du portrait de Waldstein. Les docteurs Martina Jandlováet Marcela Vondrácková de la Galerie nationale de Prague ont apporté une expertise inestimable en ce qui concerne le contexte historique des peintures représentant le comte Waldstein et les nobles contemporains de Bohème. L’Institut national du patrimoine de la République tchèque a fourni des images radiographiques et des scanners de haute qualité des deux portraits de Duchcov. Ivo Cerman et Daniel Baránek m’ont énormément aidé lors des recherches dans les archives tchèques. Je tiens à remercier Andrea Rudolph, le conservateur du Stadtmuseum Dresden, Jonachim Albrecht et Maria Ciesla pour leur assistance dans la recherche de documents relatifs aux années du baron von Adlersthal dans la capitale de la Saxe. Cette recherche a reçu un financement du Conseil Européen de la recherche dans le cadre du septième programme-cadre de l’Union Européenne (FP/ 2007-2013) / convention de subvention du CER n° 263689- « TCCECJ »

 

1. Casanova a été enterré dans le cimetière de l’église paroissiale de Dux (aujourd’hui Duchcov, République tchèque). Une dizaine d’années après l’enterrement, le corps a été déterré et ré-enterré dans un lieu désormais inconnu. La pierre tombale a été encastrée dans le mur de l’église de Duchcov, où elle est encore visible aujourd’hui. Pour une discussion intéressante, bien que peut-être un peu trop spéculative, sur l’enterrement de Casanova et les raisons possibles pour lesquelles son corps a été déplacé, voir Angelo Mainardi, Casanova, l’ultimo mistero (Milan, 2010), ch. 11-16, pp. 281-82.

2. Giacomo Casanova, Patrizi e avventurieri, dame e ballerine, in cento lettere inedite o poco note, éd. C. L. Curiel, G. Gugitz, A. Ravà (Milan, 1930), pp. 414-17. 

3. À ma connaissance, le premier et le seul spécialiste du frankisme à avoir parlé de la lettre de Casanova à Eva fut Arthur Mandel ; voir son ouvrage The Militant Messiah; or, The Flight from the Ghetto: The Story of Jacob Frank and the Frankist Movement (Atlantic Highlands, N.J., 1971, pp. 107-10 ; trad. fr. Archè, Milan, 1991). Cf. Pawel Maciejko, The Mixed Multitude: Jacob Frank and the Frankist Movement (Philadelphie, 2011), pp. 222-25. 

4. À la fin des années 1940, les originaux des documents de Casanova ont été transférés de Duchcov aux archives de l’État tchèque, le Státní oblastní archiv v Praze, Fond Casanova. Les photostats sont toujours conservés au musée Duchcov.

5. Pour la première occurrence des noms de lieux, je donne d’abord la version tchèque, puis la version allemande. Pour les mentions ultérieures, j’utilise les deux versions de manière interchangeable. 

6. Château de Duchcov, DH 8830. 

7. ...

 

La suite de cet article est exclusivement réservée à nos abonnés ou aux acheteurs du numéro 21 des Cahiers de l'Unité

 
 
casanova

Giacomo Casanova 

(1725-1798)